Site Lou Boscat

Personnages

 

Personnages du Bouscat



 

   En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou technologies similaires de traçage pour réaliser des statistiques de visites.   

Ils sont nés, ont vécus ou sont décédés au Bouscat. Cette liste est très incomplète. Vous pouvez m'aider si vous le souhaitez.
Concernant les maires, les informations sont parcellaires, souvent très incomplètes. Toutefois quelques rectifications ou compléments de prénoms (par rapport à de nombreuses publications sur des livres ou sur internet).

Liste chronologique des maires du Bouscat :
J. MEGREAU (1790-1791), P. BERT (1791-1793), A. FERBOS (1793-1795), D. LALANNE (1795-1801), É. PRADEAU (1801-1807), P. PEREY (1807-1815), F. RAYNE (1815-1826), A. GAUTIER (1826-1831), F. BACHE (1831-1833), J. ROUSJON (1833-1834), P. GORSE (1834-1834) , P. GOURJON (1834-1837), J. ROUSJON (1837-1842), A. COUDOL (1842-1848), P. GUICHENET (1848-1860), L. GIESE (1860-1868), A. GUICHENET (1868-1870), H. LAFOURCADE (1870-1877), F. SAINT-VIDAL (1878), F. ARNUT (1879-1882), A. FEUILLET (1882-1883), A. FERRET (1884-1889), R. DUCOURNEAU (1896-1906), E. PICARD (1906-1908), H. GROSSARD (1908-1910), B. HAURET (1911-1912), H. GROSSARD (1912-1915), B. HAURET (1915-1918), H. GROSSARD (1918-1925), A. CAYREL (1925-1944), M. MARCHANDOU (1944-1947), S. LOUIS (1947-1948), M. MONICHON (1948-1977), P. LALUMIERE (1977-1983), J. VALLEIX (1983-2001), P. BOBET (2001→),

Accès alphabétique des personnages connus :
ARNUT Jean-Martial-Florentin, BLANC Jean-Baptiste-Théodore, BOBET Patrick, BURGUET Jacques Henry, CANTE Charles, CAYREL Antoine, CODET-BOISSE Paul, COUDOL Pierre Alexandre, DEBANDE Ferdinand, DELAYE Édouard, DELAYE Paul, DESMAISONS Joseph-Guillaume, DUCOURNEAU Raymond, DUVIGNAUD Alfred, FERBOS Antoine, FERRET Auguste, FEUILLET Alexandre, FORMIGÉ Jean-Camille, GALARD Gustave De, GAUTIER Antoine, GAUTIER-LAGARDÈRE Jean-Alexandre, GIESE Guillaume-Louis, GINESTOUS Étienne, GLAZIOU François-Marie, GORSE Pierre, GOURRIBON Yves, GROSSARD Henri, GUICHENET Jean-Baptiste-Alphonse, GUICHENET Pierre, HAURET Bertrand, LABORDE Jean-Joseph, LA CHASSAIGNE Joseph-Isaac de, LAFONT Georges, LAFOURCADE Henri, LAGÉNIE Pierre, LA HARPE Alphonse-Daniel de, LALANNE Gaston, LALUMIERE Pierre, LOUIS S., LOUIS Victor, MARCHANDOU Marius, MEGREAU Jacques, MONICHON Max, PEREY Pierre, PICARD Edmond, POUECH Guillaume, PRADEAU Étienne, RAYNE François, ROCHER Louis, ROUSJON Jean, SAINT-VIDAL François de, THIAC Joseph Adolphe, VALLEIX Jean, VALLIER Marthe de,



Jean Martial Florentin ARNUT

Signature sur acte officiel


Jean Martial Florentin ARNUT, né le 14 novembre 1821 à Bordeaux, décédé le 3 janvier 1903 au Bouscat, était chapelier, rue Boule-du-Pétal (rue qui n'existe plus, proche de la cathédrale) à Bordeaux. Il fût maire du Bouscat de 1879 à 1882.


Sources diverses, dont archives de la Gironde, Geneanet

Maj 28/03/2020 & 11/04/2020


             ▲ Retour haut de page ▲



Jean-Baptiste-Théodore BLANC

Théodore BLANC, parfois nommé Jean-Baptiste-Théodore BLANC, mais né Jean BLANC (acte état-civil, naissances, 1840) au Bouscat le 19 septembre 1840, décédé à Toulouse, le 9 octobre 1880.
Ouvrier typographe au journal "La Gironde", il écrit des poèmes gascons, avec beaucoup de verve et on lui donne souvent le surnom de "Poète gascon".
A Bordeaux, il est connu pour ses bouffoneries en patois. Il a écrit plusieurs pièces, représentées à l'Alcazar (Cabaret à Bordeaux), dont "Guillaoumet aux Enfers"
A Toulouse, il travailla à "La Dépèche".
On lui doit, entre autres :

  • As paysans coume jou. Aux paysans comme moi ;
  • Lou supplice d'un paysan : anecdote comico-dramatique, en vers patois et français, racontée par un habitant du Médoc.


Sources diverses, dont : Gallica BNF

Maj 04/10/2019

             ▲ Retour haut de page ▲



Patrick BOBET

Patrick BOBET


Patrick BOBET est maire du Bouscat depuis 2001, et Président de Bordeaux-Métropole depuis 2019.

Maj 06/05/2020


             ▲ Retour haut de page ▲



Jacques surnommé Henry BURGUET

Jacques BURGUET, surnommé Henry (ref. acte de mariage), né le 02 juin 1812 à Bordeaux, décédé au Bouscat le 3 août 1853.

Médecin, directeur du cabinet d'histoire naturelle de la ville de Bordeaux, membre de la Société linnéenne de Bordeaux, a laissé quelques jolis tableaux à l'huile.

Sources diverses, dont Gallica BNF, Geneanet, archives de la Gironde

Maj 24/04/2020


             ▲ Retour haut de page ▲



Charles CANTE

Charles CANTE. Autoportrait (aquarelle)


Charles CANTE né le 19 décembre 1903 à Villenave d'Ornon, décédé le 11 juillet 1981.

Ce peintre en bâtiments, fut qualifié de "dernier des grands expressionnistes" par les experts.
Il résidait au Bouscat avec son épouse Louise, dans une vieille échoppe en bois.

Il a été Grand Prix de la Biennale internationale de Mérignac, en 1982.

Sources : Gallica BNF et archives personnelles Jean-Claude Bertreau

Une rue du Bouscat porte son nom. Voir le Viographe.

Maj 10/2018


             ▲ Retour haut de page ▲



Antoine CAYREL

Antoine CAYREL. Source : Assemblée nationale


Antoine, Georges, Hubert CAYREL est un homme politique français de gauche, né le 23 avril 1885 à Sigean et décédé le 13 septembre 1970 à Mérignac.

Maire du Bouscat de 1925 à 1944 et conseiller général de 1922 à 1940.
Député SFIO de la Gironde de 1924 à 1928.
Député PSdF puis Gauche indépendante de la Gironde de 1932 à 1942.

En 1933, il est exclu de la SFIO avec le groupe des "récidivistes d'Angoulême" et est l'un des fondateurs du Parti socialiste de France.

Sous l'Occupation, il est membre du Conseil national instauré par Vichy. En septembre 1940, il est pendant trois semaines commissaire général du ministère de l'Intérieur chargé des réfugiés.

A la Libération, il abandonne la politique pour se lancer dans les affaires.
Source : Wikipedia

Maj 10/2018


             ▲ Retour haut de page ▲



Paul CODET-BOISSE

Paul CODET-BOISSE. Source : Université Bordeaux Montaigne

Paul CODET-BOISSE, est né à Saint-Junien (Haute-Vienne), le 17 juillet 1878.
Il fit ses études médicales à la Faculté de médecine de Bordeaux.
Externe des hôpitaux en 1898, interne en 1901, médailles des hôpitaux en 1900, 1901 et 1902.
Docteur en médecine en 1904 (prix de thèse).
Médecin résidant de l'hôpital Saint-André (concours de 1904). Un séjour d'études en Allemagne, en Autriche et en Suisse en 1906, lui permit d'apprécier les différentes méthodes de chirurgie orthopédique en honneur dans ces pays.

Chirurgien titulaire de l'hôpital suburbain des enfants (voir Hôpital suburbain des enfants ) en 1906. Membre de la Société de médecine et de chirurgie de Bordeaux, de la Société d'anatomie et de physiologie de Bordeaux, de la Société de gynécologie, d'obstétrique et de pédiatrie de Bordeaux, de l'Association française de chirurgie, du Comité de rédaction du Journal de médecine de Bordeaux.
Le docteur Codet-Boisse se consacre à la chirurgie des enfants, à la chirurgie des membres et à la chirurgie orthopédique.
Il a publié de nombreux mémoires, relatifs la plupart à cette spécialité, notamment : Sur le pied-bot ; — la luxation congénitale de la hanche ; — Les déformations des membres ; — Les déviations de la colonne vertébrale ; — Les arthrites et les ostéoarthrites tuberculeuses {coxalgie, tumeurs blanches, etc.).
Beaucoup de ces travaux ont été l'objet de communications aux Sociétés savantes de Bordeaux, aux Congrès de l'Association française de chirurgie à Paris, au Congrès de physiothérapie de Paris, etc.

Appartenant au service auxiliaire a été, sur sa demande, versé dans le service armé. Promu successivement médecin aide-major de 2e, puis de 1ère classe. Chirurgien chef d'équipe. Décédé des suites de maladie contractée au front, le 13 septembre 1919.

Maj 10/2018


             ▲ Retour haut de page ▲



Pierre-Alexandre COUDOL

Signature acte officiel

Pierre-Alexandre COUDOL fût maire du Bouscat de 1842 à 1848.


Une rue du Bouscat, porte son nom. Voir le Viographe.

Sources diverses, dont archives de la Gironde

Maj 11/04/2020


             ▲ Retour haut de page ▲



Ferdinand DEBANDE

Docteur Ferdinand DEBANDE


Le Dr Jean-Ferdinand DEBANDE, né à Saint-Christoly-de-Blaye (Gironde) le 18 septembre 1868. Ancien interne de la Maison de Santé de Castel-d'Andorte, an Bouscat, du mois de septembre 1897 au mois de juillet 1903. Reçu docteur en médecine de la Faculté de Bordeaux en juillet 1903. Il est spécialisé dans les maladies mentales ou nerveuses.

Le Dr Debande est médecin de la Compagnie des tramways suburbains et secrétaire adjoint du Devoir Médical.

Source : Gallica BNF

Maj 10/2018


             ▲ Retour haut de page ▲



Édouard DELAYE


Le Dr Édouard DELAYE (né à Libourne en 1855, décédé le 8 juin 1918 au Bouscat) est le fondateur de l'hôpital des enfants (voir Hôpital suburbain des enfants).
Cet établissement deviendra : l'hôpital suburbain, au Bouscat.

Une place du Bouscat, proche de l'hôpital, porte son nom. Voir le Viographe.

Maj 12/2018


             ▲ Retour haut de page ▲



Paul DELAYE


Le Dr Paul DELAYE (1890-1978), fils du docteur Édouard DELAYE, succède à son père à l'hôpital des enfants (voir Hôpital suburbain des enfants).
Cet établissement deviendra : l'hôpital suburbain, au Bouscat.

Maj 05/2020


             ▲ Retour haut de page ▲



Joseph-Guillaume DESMAISONS du PALLANS


Le Dr Joseph-Guillaume DESMAISONS du PALLANS, né à Bordeaux en 1813, décédé en 1900, est docteur en médecine de la Faculté de Paris. Il a fondé en 1845 au Castel d'Andorte (voir Castel d'Andorte), dans la commune du Bouscat, aux portes de Bordeaux, une célèbre maison d'aliénés.

Il édite des publications sur la psychiatrie, dont :

  • Des asiles d'aliénés en Espagne : recherches historiques et médicales ;
  • La Francia alla ricerca del modello e l'Italia de manicomi nel 1840 ;
  • Notice sur la maison de santé du Castel d'Andorte : établissement privé consacré au traitement des maladies mentales, situé au Bouscat, banlieue de Bordeaux (Gironde) ;
  • Rapport sur l'établissement du Castel d'Andorte, adressé à M. le préfet de la Gironde, par M. le Dr Desmaisons, directeur médecin de l'établissement.


Sources : Gallica BNF, Geneanet, WorldCat

Maj 10/2018


             ▲ Retour haut de page ▲



Raymond DUCOURNEAU

Signature acte officiel


Raymond DUCOURNEAU fût maire du Bouscat de 1896 à 1906. Il fait partie des présidents d’honneur de l'Hôpital suburbain des enfants, en 1901.

Source : archives de la Gironde
Une rue du Bouscat porte son nom. Voir le Viographe.

Maj 05/08/2019 & 11/04/2020


             ▲ Retour haut de page ▲



Alfred Courcelle DUVIGNAUD

Docteur Alfred Courcelle DUVIGNAUD


Docteur Alfred Courcelle DUVIGNAUD, directeur de l’Établissement hydrothérapique Saint-Sernin (bains, douches, massage, électricité).

Le Dr DUVIGNAUD est né à Puynormand (Gironde) le 19 juillet 1832, a eu l'initiative, en 1857, d'ouvrir au Bouscat, près de Bordeaux, le premier établissement hydrothérapique (voir établissement hydrothérapique) installé dans le sud-ouest de la France. Puis il le transporta à Bordeaux rue Saint-Sernin, 133, où la médication s'effectue à l'eau de source, point très important dans ce traitement, avec les appareils, les systèmes les plus modernes, les plus perfectionnés.

M. le Dr Duvignaud est l'auteur d'un excellent petit Manuel d'hydrothérapie à l'usage des gens du monde.

Source : Gallica BNF

Maj 12/2018


             ▲ Retour haut de page ▲



Antoine FERBOS

Signature acte officiel


Antoine FERBOS (jeune) fût maire du Bouscat de 1793 à 1795.


Sources diverses, dont archives de la Gironde

Maj 12/04/2020


             ▲ Retour haut de page ▲



Auguste FERRET

Signature acte officiel

Auguste FERRET, né le 2/09/1851 au Bouscat, décédé le 22/11/1896 au Bouscat.

Auguste Ferret est maraîcher, horticulteur, président du syndicat des maraîchers de la Gironde puis de France.

Il est Conseiller municipal, puis maire du Bouscat en 1877.

Il est suspendu de ses fonctions de maire par le préfet, en juin 1889 pour avoir offert l'hospitalité au congrès ouvrier.

Auguste Ferret, gravement malade, décède le jour du second tour des élections à la députation, avant la fin du scrutin. Bien que mort, il est déclaré Député.

Son décès donne source à des articles de journaux de bords très différents. Voir Au fil du temps (sujets classés par dates).

Une avenue du Bouscat porte son nom. Voir le Viographe.
Sources diverses, dont Gallica BNF, archives de la Gironde

Maj 14/10/2019 & 11/04/2020


             ▲ Retour haut de page ▲



Alexandre FEUILLET

Signature acte officiel



Alexandre FEUILLET fût maire du Bouscat de 1882 à 1883.



Sources diverses, dont archives de la Gironde

Maj 04/2020


             ▲ Retour haut de page ▲



Jean-Camille FORMIGÉ

Jean-Camille FORMIGÉ


Jean-Camille FORMIGÉ (1845-1926), architecte français né au Bouscat.
Suite à un arrêté (27 juin 1885) du Préfet de la Seine, M. Formigé est nommé architecte de l'Hôtel de Ville , adjoint à M. Deperthes pour l'achèvement des travaux de reconstruction (de l'Hôtel de Ville de Paris)…

On lui doit, entre autres, les Serres d'Auteuil et l'organisation générale des jardins, en 1898 (Source : fracademic).

La petite histoire dit que la Tour Effeil aurait pût s'appeler Tour Formigé.
En effet, le projet était de faire une grande tour pour l'exposition universelle de Paris de 1889.

Le 26 mai 1886 sont annoncés les résultats du concours.
Le premier prix est attribué à Jean-Camille FORMIGÉ.
Gustave Eiffel n'arrive que troisième.
Jean-Camille Formigé fera le palais des Arts Libéraux, et Gustave Eiffel de sa tour.

Source : Wikipedia

Une rue du Bouscat porte son nom. Voir le Viographe.

Maj 12/2018


             ▲ Retour haut de page ▲



Philippe-Gustave, comte de GALARD

Philippe-Gustave, comte de GALARD. Source : Wikipedia


Philippe-Gustave, comte de GALARD, est né à L'Isle-Bouzon (Gers) le 18 mai 1779 et mort au Bouscat le 7 mai 1841 (à 61 ans), est un peintre, lithographe et caricaturiste français...
Source (corrigée) : Wikipedia

Contrairement à ce qui est écrit dans diverses documentations, GALARD n'est pas mort à Bordeaux, mais au Bouscat.

Une précision est apportée dans le livre Les rues de Bordeaux, de Roger GALY : Galard devait mourir le 7 mai 1841, chemin d’Eysines au Bouscat, dans la propriété appelée « Le petit Laharpe ».


Sources diverses, dont Wikipedia, Gallica BNF, archives de la Gironde

Maj 08/09/2019


             ▲ Retour haut de page ▲



Antoine GAUTIER

Signature acte officiel

Antoine GAUTIER (ainé), né à Bordeaux le 22 décembre 1798, décédé à Bordeaux le 3 novembre 1882.

Maire du Bouscat de 1826 à juin 1830.

Conseiller municipal de Bordeaux en septembre 1830, maire de Bordeaux de 1849 à 1860.
Il est à l'origine du projet et de la réalisation (en 1858) d'adduction d'eau de Bordeaux.
L'eau, captée au Taillan, est acheminée via un aqueduc de 12 kilomètres, puis stockée rue Paulin dans un réservoir avant d'alimenter les fontaines de la ville.
Un boulevard de Bordeaux porte son nom.

Sources diverses, dont Wikipedia, Gallica BNF, archives de la Gironde

Maj 07/2019


             ▲ Retour haut de page ▲



Jean-Alexandre GAUTIER-LAGARDÈRE

Jean-Alexandre GAUTIER-LAGARDÈRE, est né au Bouscat le 9 janvier 1827, décédé à Bordeaux le 30 juin 1907*, fils de Antoine GAUTIER, maire du Bouscat.

Licencié en droit, il se dévoue aussi toute sa vie aux œuvres charitables, administrateur du Dépôt de mendicité (Bordeaux) pendant cinquante ans, membre du Comité girondin de la Société d'encouragement au bien, et du Comité départemental de la Société française de secours aux blessés des armées de terre et de mer, etc., etc.

*Pas de traces du décès aux archives de Bordeaux à cette date.

Que d’erreurs !


Les erreurs commencent dès la naissance.
Jean-Alexandre GAUTIER-LAGARDÈRE, fils de Antoine GAUTIER, maire du Bouscat, est né le 9/01/1827.
D’où vient cet ajout de LAGARDÈRE ?
Il faut chercher du côté de la mère de Antoine GAUTIER. Sa mère, Françoise LAGARDÈRE, est décédée le 01/12/1801. Son fils Antoine n’avait que 3 ans. Il a sans doute par ce biais honoré la mémoire de sa mère tout en usant (?) de son statut de maire pour modifier le nom de famille.

L’erreur ensuite se poursuit avec les tables décennales de 1823-1832, du Bouscat. On parle de la naissance de GAUTHIER (avec un H) et non de GAUTIER LAGARDÈRE (sans H).

En 1890, dans les « Rapports et délibérations - Gironde, Conseil général. », on peut lire :
… Commune du Bouscat. Classement comme vicinaux des chemins dits ... rue Gautier n° 1 (rue Gautier-Lagardère), rue Gautier n° 2 (rue Lamothe), rue Dubuc ou rue Gautier n° 3 (rue Hoche) …
Aucune erreur !

En 1906, l’Annuaire du tout Sud-Ouest illustré, indique GAUTIER-LAGARDÈRE (Louis), propriétaire, et Mme née CALVÉ. Pas de doute, il s’agit bien de Jean-Alexandre GAUTIER-LAGARDÈRE, auquel on a changée le prénom en Louis.

Enfin, la rue GAUTIER-LAGARDÈRE deviendra avenue GAUTHIER-LAGARDÈRE avec un H !


Une avenue du Bouscat porte son nom (avec erreur d'orthographe. Voir GAUTHIER LAGARDÈRE). Voir le Viographe.

Sources diverses, dont Gallica BNF, Archives Bordeaux Métropole, archives de la Gironde

Maj 24/08/2020


             ▲ Retour haut de page ▲



Guillaume-Louis GIESE

Signature acte officiel

Guillaume-Louis GIESE, né le 2 octobre 1810 à Bordeaux et décédé le 24 mars 1869 au Bouscat.

Il est négociant puis maire du Bouscat de 1860 à 1868.

Une place du Bouscat porte son nom. Voir le Viographe.

Sources diverses, dont Gallica BNF, Geneanet, archives de la Gironde

Maj 22/03/2020 & 11/04/2020


             ▲ Retour haut de page ▲



Étienne GINESTOUS

Étienne GINESTOUS

Le Dr Étienne GINESTOUS appartient à une famille bordelaise; il est fils d'un architecte des plus estimés, ancien inspecteur des travaux de la ville. Après dg solides études au lycée de Bordeaux, où la confiance de ses camarades l'a appelé depuis quatre ans aux actives fonctions de secrétaire général, le Dr Étienne Ginestous a remporté à la Faculté de mcrlecine et dans les hôpitaux de nombreux et brillants succès. Successivement interne et lauréat (bis) des hôpitaux de la clinique ophtalmologique, du service d'ophtalmologie de l'hôpital des enfants, lauréat (bis) de la Faculté de médecine, membre, secrétaire et lauréat (1er) de la Société d’anatomie et de physiologie de Bordeaux, le Dr Étienne Ginestous obtint son doctorat après une thèse couronnée par la Faculté (Prix Godard), sur le Rétablissement de la vision binoculaire clans le traitement du strabisme. Dès le début de son internat, le Dr Ginestous s'est consacré à la spécialité des maladies des yeux, membre fondateur et oculiste de la Clinique Victor-Hugo (ancienne policlinique de La Bastide), oculiste de l'Union des Syndicats ouvriers de la Gironde, du Syndicat national des Chemins de fer français (Bordeaux-Midi et Bordeaux-Médoc), de la Caisse de secours mutuels, oculiste de l'Hôpital suburbain du Bouscat (voir Hôpital suburbain des enfants), médecin oculiste assermenté de l'Administration des postes et télégraphes. Le Dr Ginestous appartient à de nombreuses sociétés savantes et philanthropiques : Société d'anatomie, Société de médecine et de chirurgie, Ligue girondine de préparation militaire, dont il est membre du Comité, Société française de sauvetage, dont il fait partie du Comité médical, etc., etc. Il a publié sur l 'ophtalmologie de nombreux travaux originaux dont la plupart ont été couronnés aux concours de l'Académie de Médecine ou des sociétés scientifiques.

Citons entre autres : le Traitement du cancer épithélial par l'acide arsénieux en solution hydroalcoolique et le Protargol en thérapeutique oculaire (Prix de la Société des Amis de l'Université, 1898); L'Ophtalmie granuleuse à Bordeaux (Académie de Médecine, médaille des épidémies, 1904); Étude historique et critique sur la prophylaxie de l'ophtalmie purulente des nouveau-nés à Bordeaux (Académie de médecine, médaille d'argent de l'hygiène de l'enfance, concours de 1906); Des rapports de l'amplitude de convergence avec les vices de réfraction (Société d'an. et de phys. de Bordeaux, prix biennal des docteurs, 1901, et Académie de médecine, prix Meynot, 1907); la Famille du strabique (Paris, 1904), et les Antécédents morbides du strabisme fonctionnel (prix Meynot d'ophtalmologie de 2,600 francs. Académie de médecine, 1907); les Maladies des yeux dans la loi du 15 février 1902; Hygiène des Accidents oculaires du Travail (prix Vernois, Académie de médecine, 1908); la Vision des tireurs (en collaboration avec le Dr Coullaud) (prix Meynot, mention honorable, Académie de médecine, 1909) ; la Typographie et l'hygiène oculaire (prix Clarens, mention très honorable, Académie de médecine, 1909); Hygiène oculaire de la première enfance (médaille de vermeil, Académie de médecine, 1908, et médaille Société protectrice de l'enfance, 1909, Vigot, éditeur, Paris), etc., etc.

Source : Gallica BNF

Maj 12/2018


             ▲ Retour haut de page ▲



François-Marie GLAZIOU

François-Marie GLAZIOU

François-Marie GLAZIOU, né le 30 août 1828 à Lannion, décède le 30 mars 1906 au Bouscat.

François-Marie GLAZIOU


Paysagiste et botaniste, diplômé en ingénierie civile, Glaziou étudia la botanique au Muséum national d'histoire naturelle de Paris, où il approfondit ses connaissances en agriculture et horticulture.
Il accomplit la majeure partie de sa carrière au Brésil, où il est nommé directeur des parcs et jardins de Rio de Janeiro.

A la retraite le 7 mai 1897, il s'installe au Bouscat. Il cultive ses plantes tropicales. Il cède une partie de son herbier personnel au Jardin Botanique de Bordeaux, une autre partie au Musée National de Rio de Janeiro, le reste étant donné par sa fille, après son décès, au Muséum d´Histoire Naturelle de Paris.

Sources diverses, dont Wikipedia, Gallica BNF, Au Cactus Francophone

Maj 31/03/2020


             ▲ Retour haut de page ▲



Pierre GORSE

Signature acte officiel


Pierre GORSE (ainé) fût maire du Bouscat en 1834.


Sources diverses, dont archives de la Gironde

Maj 12/04/2020


             ▲ Retour haut de page ▲



Yves GOURRIBON

Yves GOURRIBON



Yves GOURRIBON est un des fondateurs de l'ABAP, permettant aux familles modestes de pouvoir se loger au Bouscat. L'historique de cette association est décrite ici : Historique ABAP.

Une place du Bouscat (quartier Ausone) porte son nom. Voir le Viographe.

Maj 24/02/2019


             ▲ Retour haut de page ▲



Henri GROSSARD

Signature acte officiel

Henri GROSSARD, avocat à la Cour d'appel de Bordeaux, fût maire du Bouscat en 1908 à 1910, puis de 1912 à 1915 et de 1918 à 1925.

En 1910, il est révoqué pour avoir procéder dans des conditions irrégulières, les opérations de révision de la liste électorale.
Pendant la guerre 1914-1918, il est mobilisé et son adjoint, HAURET Bertrand, assure les fonctions de maire.
Pendant la première guerre mondiale, la légation de Grèce est installée au Bouscat, dans la propriété de M. Grossard.


Une rue du Bouscat porte son nom. Voir le Viographe.

Sources diverses, dont Gallica BNF, archives de la Gironde

Maj 01/2019


             ▲ Retour haut de page ▲



Jean Baptiste Alphonse GUICHENET

Signature acte officiel

Jean Baptiste Alphonse GUICHENET, né à Bordeaux, en 1829, décédé en 1890, fils de Pierre GUICHENET, fût maire du Bouscat de 1868 à 1870.

Il était docteur en médecine et fils de GUICHENET Pierre, également maire du Bouscat de 1848 à 1860.

Sources diverses, dont Geneanet, Archives Bordeaux Métropole

Une place du Bouscat porte le nom de Guichenet (sans doute le père). Voir le Viographe.

Maj 13/04/2020


             ▲ Retour haut de page ▲



Pierre GUICHENET

Signature acte officiel

Pierre GUICHENET, maire du Bouscat de 1848 à 1860, est né à Bordeaux, en 1799 et décédé en 1860 à Bordeaux.

Il est le père de GUICHENET Jean Baptiste Alphonse, également maire du Bouscat de 1868 à 1870.

Nommé médecin-vétérinaire du département de la Gironde en 1822 et, en 1824, médecin-vétérinaire de la ville de Bordeaux.

En 1825, lors de l’épidémie qui décimait en grande partie les animaux, la race chevaline, par la gastro-entérite, et la race bovine par les affections charbonneuses, maladie mortelle, il parvient à se rendre compte du principe. Il fit plusieurs Mémoires remarquables sur la cause première de cette terrible épizootie.
En 1837, il fut un des fondateurs de la Société d’Agriculture.
En 1847, M. Guichenet, qui possède des propriétés au Bouscat est nommé maire de cette commune qu’il administra admirablement et d’une manière toute paternelle, car elle lui doit diverses améliorations tant pour l’entretien, le percement et l’embellissement des routes que sous le rapport hygiénique.
À la Révolution de février 1848, il sut par sa modération et son attitude ferme empêcher les émeutes et contenir la population de sa commune, qui n’était pas plus républicaine que lui. Homme d’ordre avant tout, il fit entendre aux habitants qui le considèrent comme le père, l’ami et le bienfaiteur des malheureux (il est écrit en entrant dans cette commune : Il est expressément défendu de mendier), qu’un meilleur avenir ne pouvait surgir pour eux qu’avec le calme et la tranquillité ; c’est pourquoi il a été constamment réélu, à l’unanimité et sans opposition, maire jusqu’à ce jour.

M. Guichenet doit à la haute estime dont il jouit, ainsi qu’à l’étendue de son savoir, d’avoir été nommé successivement :

  • Membre du Conseil d’hygiène et de salubrité publiques du département de la Gironde ;
  • Membre-correspondant de l’Académie nationale, agricole, manufacturière et commerciale, qui lui a décerné en 1852 une médaille de 2e classe, pour ses importants Mémoires sur l’agriculture ;
  • Membre titulaire de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Bordeaux ;
  • Membre de la chambre consultative d’agriculture, instituée en 1850, et désigné à l’autorité supérieure pour représenter, à cette même chambre, le premier canton.


Sources diverses, dont Gallica BNF, Geneanet, Archives Bordeaux Métropole

Une place du Bouscat porte le nom de Guichenet (sans doute le père). Voir le Viographe.

Maj 05/08/2019


             ▲ Retour haut de page ▲



Bertrand HAURET

Signature acte officiel


Bertrand HAURET fût maire du Bouscat de 1911 à 1912 et de 1915 à 1918.

Pendant la première guerre mondiale, il est adjoint remplissant les fonctions de maire, de 1915 à 1918, remplaçant GROSSARD Henri, mobilisé.

Adjoint remplissant les fonctions de maire


Sources diverses, dont archives de la Gironde

 

Une impasse et une rue du Bouscat portent son nom. Voir le Viographe

Maj 04/2020


             ▲ Retour haut de page ▲



Jean-Joseph LABORDE

Jean-Joseph LABORDE
Jean-Joseph LABORDE et son épouse Monique, en 2015.

Jean-Joseph LABORDE, est un vétéran de la 2ème DB du Général Leclerc.

Né le 11 avril 1922 à Vielle-Ségur dans le Béarn près de Pau, décédé le le 4 juin 2015 au Bouscat.

À l’appel du 18 juin 1940 du Général de Gaulle, Jean Joseph Laborde embarque à Bayonne le 21/06/1940 et débarque à Falmouth trois jours plus tard.
Il s’engage dans les Forces Françaises Libres le 1er juillet et est affecté à la 1e Compagnie de chars. Comme motocycliste, il embarque avec elle le 31 août sur le Penland et participe aux opérations de Dakar puis débarque à Douala.

Au printemps 1941, les unités françaises libres sont regroupées en Palestine où elles forment la 1e DFL. En juin, Jean Joseph Laborde est affecté comme agent de liaison à l’Etat-major de celle-ci. Il participe à la Campagne de Syrie.

En avril 1942, il rejoint l’Egypte et participe à la Campagne de Libye. Il retrouve la 1e compagnie de chars à Benghazi le 3 février 1943 et participe aux combats du sud-tunisien.
En septembre, il est affecté comme pilote à la section de chars légers de l’état-major du 501e RCC.

Il débarque à St-Martin de Varreville et participe aux opérations de Normandie jusqu’à Paris.

Nommé chef de char, il reprend la route en septembre et participe aux combats depuis Andelot jusqu’à Ramberviller.

Début décembre, il participe aux combats d’Herbsheim où il est cité.

Il poursuivra la route jusqu’à Berchtesgaden où il sera nommé sergent puis rentre en France où il est démobilisé le 30 juin 1945.


Chaque année, les CFIM (centre de formation initiale des militaires du rang) choisissent un nom de parrain. Pour l’année 2015, c’est le nom de Jean-Joseph LABORDE de la 1e Compagnie du 501e RCC qui a été retenu pour le CFIM de la 2e Brigade Blindée.

sources diverses, dont : http://www.passionmilitaria.com/t79659-promotion-jean-joseph-laborde

mardi 17 mars 2015, inauguration sculpture, Place Édouard Delaye
inauguration sculpture "la vague", de Jean-Joseph LABORDE, Place Édouard Delaye

Jean-Joseph LABORDE est aussi un spécialiste de la ferronnerie d'art. En témoigne son œuvre "la Vague", place Édouard Delaye.

Source : archives personnelles (Christian Wettervald)

Jean-Joseph LABORDE et Patrick BOBET, maire du Bouscat
"la vague", de Jean-Joseph LABORDE, Place Édouard Delaye








En 2013, Jean-Joseph LABORDE, retrouve dans une vieille malle un cahier d’école de son frère, Jean LABORDE, qu’il n’a jamais connu, puisque décédé avant sa naissance. Ému par le récit de l’annonce de l’armistice, il demande à ce que ce texte puisse être lu en public. Son vœu sera accompli, après son décès par la lecture, par les enfants des écoles, au Monument aux Morts du Bouscat, le 11 novembre 2015.

Lire "Armistice 1918 de Jean Laborde"





             ▲ Retour haut de page ▲

Maj 10/2018 & 06/2020



Joseph-Isaac de LA CHASSAIGNE

Joseph-Isaac de LA CHASSAIGNE, Conseiller au Parlement de Bordeaux en 1543, succéda à son père en 1568 dans la charge de président. Il était frère de Guillaume de La Chassaigne, Conseiller au Parlement de Bordeaux, abbé de Verteuil.

Savant distingué, il possédait au Bouscat une propriété(*) qu'il appelait villa Ausone et où il avait formé une collection d'antiques et de pierres gravées qui passa en grande partie dans les mains de Florimond de Raymond. Jouannet obtint une partie de ces monuments pour le musée lapidaire de Bordeaux, et le nom de sa propriété est resté à l'un des chemins du Bouscat.

Sa fille Françoise épousa Michel de Montaigne le 22 septembre 1565 ; son autre fille Adrienne épousa Raymond de Montaigne, frère du philosophe.

(*) Sans certitude, peut-être l'actuelle avenue Ausone (ancien chemin de Courreau à La Vache).


Sources diverses, dont Gallica BNF

Maj 27/07/2020


             ▲ Retour haut de page ▲



Georges LAFONT

Georges LAFONT



Monsieur Georges LAFONT est un un grand résistant, mort en déportation en 1944.

Une rue du Bouscat porte son nom. Voir le Viographe.

Maj 12/2018


             ▲ Retour haut de page ▲



Henri LAFOURCADE

Signature acte officiel

Henri LAFOURCADE fût maire du Bouscat de 1870 à 1877.
Source : archives de la Gironde

Maj 11/04/2020


             ▲ Retour haut de page ▲



Pierre LAGÉNIE

Pierre LAGÉNIE avec une de ses statues en bronze.


Pierre LAGÉNIE, né le 26 novembre 1938 au Bouscat, décédé le 25 mars 2020 à Saint-Maur-des-Fossés.
Il entre aux Beaux-Arts de Bordeaux dans l’atelier d’Alexandre Callède.

Il part ensuite à Paris et travaille dans l’atelier du sculpteur Marcel Gimond.

Il travaille le bronze. Sa principale source d'inspiration est la forme féminine.

Maj 12/2018 & 02/04/2020


             ▲ Retour haut de page ▲



Alphonse-Daniel de LA HARPE

Alphonse-Daniel de LA HARPE, né à Rolle, canton de Vaud, sur les bords du lac Léman, le 26 août 1779, mort à Bordeaux le 17 juillet 1861. D'une famille ancienne et seigneuriale, il quitte le canton de Vaud par suite de la tyrannie des Bernois. Le général de La Harpe tué en 1776 à la campagne d'Italie était un de ses proches parents, ainsi que le littérateur La Harpe et un autre général La Harpe qui fut précepteur d'Alexandre Ier, empereur de Russie.

Après un séjour à Hambourg, il vient se fixer à Bordeaux en 1802, s'attache à une des familles les plus considérées de Bordeaux ; sa vie s'écoule toute de travail et de dévouement aux institutions généreuses, philanthropiques de Bordeaux et aux idées libérales.

Il est l'un des membres actifs de la Société philomathique de Bordeaux, contribue énergiquement en 1819 et 1820 à la création d'écoles pour les enfants du culte protestant d'après la méthode d'enseignement mutuel dite de Lancaster.

Vers la même époque, après de nombreux efforts, il parvient à fonder à Bordeaux, avec l'aide de ses deux fils, une église protestante non salariée par l’État.

Dans la commune du Bouscat, il avait une belle propriété à l'entrée de la route du Médoc, connue sous le nom de « La Harpe ».

Sa fille, Octavie DE LAHARPE, se marie avec le baron Georges Eugène HAUSSMANN.

Sources diverses, dont : Gallica BNF

Une rue du Bouscat porte son nom. Voir le Viographe.

Maj 27/07/2020


             ▲ Retour haut de page ▲



Gaston LALANNE

Docteur Gaston LALANNE


Docteur Jean Gaston LALANNE, né à Talais (Gironde), le 14 septembre 1862. Décédé en 1924.

Il est Chef des travaux d'histoire naturelle à la Faculté de médecine de Bordeaux.
Médecin aliéniste et directeur de la maison de santé de Castel-d'Andorte, au Bouscat. (Voir Castel d'Andorte).

On lui doit plusieurs publications, dont :
- Les Persécutés mélancoliques (1897) ;
- Guérison d'un accès de manie ayant tendance à la chronicité, 1905 ;
- Des états anxieux dans les maladies mentales.

le docteur Lalanne a publié de nombreux ouvrages d'archéologie préhistorique. Il est membre de plusieurs Sociétés savantes, président de la Société archéologique de Bordeaux, président de la Société horticole et viticole de la Gironde.


Source : Université Bordeaux Montaigne

Maj 07/2019


             ▲ Retour haut de page ▲



Pierre LALUMIÈRE

Pierre LALUMIÈRE (1973)

Pierre LALUMIÈRE, né le 7 septembre 1930 à Caudéran, décédé le 21 janvier 1996.

23 novembre 1981 - 23 juillet 1984 : Député européen

1977 - 1983 : Maire du Bouscat.

Source : Wikipedia

Maj 06/2020


             ▲ Retour haut de page ▲



LOUIS S.

LOUIS S. fût maire du Bouscat en 1947 et 1948.

Maj 01/2019


             ▲ Retour haut de page ▲



Victor LOUIS

Victor LOUIS. Source : Wikipedia


Louis-Nicolas LOUIS dit Victor LOUIS, né le 10 mai 1731 à Paris, décédé le 2 juillet 1800 à Paris.

En 1781, l'abbé Laborde, doyen du chapitre de Saint-Seurin, confie la réalisation à Victor Louis, le prestigieux architecte du Grand Théâtre de Bordeaux (entre autres), la construction du Castel d'Andorte, situé dans l’ancien parc du « Castets-Endorte », aujourd'hui « Parc de la Chéneraie ».

Sources diverses, dont Wikipedia

Maj 03/06/2020


             ▲ Retour haut de page ▲



MARCHANDOU Marius

MARCHANDOU Marius, né le 23 septembre 1893, décédé le 7 septembre 1965. Il fût maire du Bouscat de 1944 à 1947, puis inspecteur départemental de l’enseignement technique.
Source : Le Maitron
Une rue du Bouscat porte son nom. Voir le Viographe.

Maj 01/2019


             ▲ Retour haut de page ▲



Jacques MEGREAU

Jacques MEGREAU fût maire du Bouscat de 1790 à 1791.

Source : archives de la Gironde

Maj 25/04/2020


             ▲ Retour haut de page ▲



Max MONICHON

Max MONICHON, né le 25 novembre 1900 à Mios (Gironde), décédé le 5 octobre 1977 au Bouscat.

Sénateur de la Gironde de 1948 à 1958.

1947 : conseiller municipal, adjoint au maire du Bouscat.

1948 : maire du Bouscat, jusqu'en 1977.

Source : Wikipedia

Maj 25/04/2020


             ▲ Retour haut de page ▲



Pierre PEREY

Signature acte officiel

Pierre PEREY, né le 26 novembre 1742 à Bordeaux et décédé le 17 août 1819 au Bouscat.

Marchand tonnelier à Bordeaux, il fût maire du Bouscat de 1807 à 1815.



Sources diverses, dont archives de la Gironde, Geneanet

Maj 22/03/2020


             ▲ Retour haut de page ▲



Edmond PICARD

Signature acte officiel

Edmond PICARD fût maire du Bouscat de 1906 à 1908.

Source : archives de la Gironde

Maj 28/04/2020


             ▲ Retour haut de page ▲



Mme Guillaume POUECH

Mme Guillaume POUECH

Mme Guillaume POUECH, née Marie-Clémence Prévost, à Limoges, en 1835, d'une famille militaire, est décédée au Bouscat le 21 décembre 1904.

Femme éminemment chrétienne, son zèle pour le bien s'est exercé pendant trente-six ans dans la commune du Bouscat, où elle habitait, ainsi qu'à Bordeaux où la plupart des œuvres de bienfaisance la comptaient au nombre de leurs associés. Indifféremment quêteuse à domicile, secrétaire, trésorière ou présidente, mais toujours visiteuse des pauvres dans leurs plus humbles réduits, l'ardeur de cette chrétienne était sans limite ainsi que sa générosité.
Dès qu'elle croyait pouvoir soulager une souffrance, venir en aide à une œuvre utile, elle se dépensait sans compter. Ses intimes savaient qu'elle voulait mourir debout et sur la brèche au service de Dieu. Ce vœu a été exaucé ; elle est morte en sortant de la maison des sœurs de charité où elle venait de porter sa cotisation.
De nombreux amis assistaient à ses obsèques, où son éloge a été prononcé par M. le curé du Bouscat. Le deuil était conduit par son frère, le lieutenant-colonel en retraite Prévot, comme elle depuis longtemps homme d'œuvres, voyageur à Rome et en Terre Sainte; écrivain de talent, conteur charmant, ami des pauvres et des jeunes gens qui formeront demain l'armée à laquelle il est toujours attaché.

Source : Gallica BNF

Maj 10/2018


             ▲ Retour haut de page ▲



Étienne PRADEAU

Signature acte officiel

Étienne PRADEAU (aîné) fût maire du Bouscat de 1801 à 1807.



Source : archives de la Gironde

Maj 25/04/2020


             ▲ Retour haut de page ▲



François RAYNE

Signature acte officiel

François RAYNE fût maire du Bouscat de 1815 à 1826.


Sources diverses, dont archives de la Gironde

Maj 11/04/2020


             ▲ Retour haut de page ▲



Louis ROCHER

Docteur Louis ROCHER

Docteur Louis ROCHER ancien chef de clinique des maladies chirurgicales infantiles à l'Université de Bordeaux, et chirurgien des hôpitaux de Bordeaux.

Le Dr Louis ROCHER, né à Bordeaux le 28 mai 1876, fit de brillantes études à la Faculté de Bordeaux, où il fut préparateur d'histoire naturelle au laboratoire du professeur Gruvel ; aide d'anatomie (1899 à 1901), pro-secteur adjoint (1901-1902), moniteur d'accouchements à la Faculté de médecine (1900 à 1901), plusieurs fois lauréat de cette Faculté aux concours de fin d'année (1898-1900), prix de la Ville de Bordeaux, médaille de vermeil 1901, interne des hôpitaux, prix d'internat médaille d'or 1901, prix du docteur Levieux. 1902. Sa thèse de doctorat, intitulée : L'amputation haute dans la gangrène par artérite chronique, lui valut le 2° prix des thèses (médaille d'argent).

Docteur en médecine en 1902, chef de clinique chirurgicale infantile (1902 à 1904) dans le service de M. le professeur Piéchaud, chirurgien des hôpitaux en 1904. Le Dr Rocher, attaché à l'hôpital des Enfants de Bordeaux, a l'hôpital suburbain des Enfants du Bouscat (voir Hôpital suburbain des enfants), à la clinique Pasteur, est membre de la Société de gynécologie, d'obstétrique et de Pédiatrie de Bordeaux, de la Société d'anatomie et de physiologie de Bordeaux, dont il fut deux fois lauréat ; collaborateur de la Gazette hebdomadaire de Bordeaux.

Le plus grand nombre de ses recherches portent sur la chirurgie infantile et orthopédique, qui est devenue la spécialité du docteur Rocher, dont nous devons signaler la découverte heureuse relative à un signe dans l'ataxie locomotrice qui n'avait pas été jusqu'ici signalé en médecine : analgésie oculaire.

Source : Gallica BNF

Maj 12/2018


             ▲ Retour haut de page ▲



Jean ROUSJON

Signature acte officiel



Jean ROUSJON (ainé) fût maire du Bouscat de 1833 à 1834, puis de 1837 à 1842.



Sources diverses, dont archives de la Gironde

Maj 11/04/2020


             ▲ Retour haut de page ▲



François DE SAINT-VIDAL

Signature sur acte officiel


François DE SAINT-VIDAL fût maire du Bouscat en 1878.


Sources diverses, dont archives de la Gironde, Geneanet

Maj 11/04/2020


             ▲ Retour haut de page ▲



Joseph Adolphe THIAC

Joseph Adolphe THIAC



Joseph Adolphe THIAC né à Bordeaux le 4 juillet 1800, décéde au Bouscat le 24 décembre 1865.

Il est nommé, en 1830, architecte du département de la Gironde et conserve cette fonction jusqu'en 1855.

On lui doit de grandes constructions, notamment, en dehors de nombreux immeubles particuliers : le Bazar bordelais, la Prison, le Palais de justice, l'Institution des sourdes-muettes.

Une rue de Bordeaux porte son nom (Institution des sourdes-muettes, devenue Castéjà).

Source : Université Bordeaux Montaigne

Maj 07/2019


             ▲ Retour haut de page ▲



Jean VALLEIX

Jean VALLEIX. Source : Assemblée nationale

Jean VALLEIX, né le 23 avril 1928 à Chartres (Eure-et-Loir) et mort le 2 juin 2014, est un homme politique français.

Il est député UDR, puis RPR de la première circonscription de Gironde (Bordeaux-Nord) entre 1967 et 2002. Élu député sans discontinuité en 1967, 1968, 1973, 1978, 1981, 1986, 1988, 1993, 1997.

Député de 1967 à 2002, maire du Bouscat de 1983 à 2001.

Source : Wikipedia

Une esplanade du Bouscat porte son nom. Voir le Viographe

Maj 05/2020


             ▲ Retour haut de page ▲



Marthe de VALLIER

« Le Désert » figure sur une carte (vers 1840/1850). On est très proche du Castel d'Andorte.



Marthe de VALLIER, dame du fief du Désert, au Bouscat, fille de Me Pierre de Vallier, conseiller au Parlement de Bordeaux, et de demoiselle Bertrande Arnaud de Laborie, se maria en 1543 avec le conseiller et écrivain, Arnaud de Ferron.

Cette dame lettrée a composé quelques poésies. Marthe de VALLIER, devenue veuve en 1563, mourut dans un âge fort avancé puisqu'elle testa dans sa maison, rue Neuve à Bordeaux, le 26 février 1603, devant Me Ponet, notaire.



Sources diverses, dont Gallica BNF, archives de la Gironde

Maj 27/07/2020


             ▲ Retour haut de page ▲



 


             ▲ Retour haut de page ▲

A voir également :
MENU DÉTAILLÉ
Les origines du Bouscat et de la région.
Changements survenus dans l'état de l'église Saint-Seurin
Au fil du temps. Partie 1
Au fil du temps. Partie 2
Le viographe
Personnages du Bouscat
Monument aux Morts
Hippodrome du Bouscat : histoire, satire
Aviation
Photos au fil du temps
Ravezies : l'ancienne gare
Tramways anciens
Tramway. Ligne D. Présentation
Tramway. Ligne D en photos (avant 2017)
Tramway. Ligne D en photos (2017)
Tramway. Ligne D en photos (2018)
Tramway. Ligne D en photos (2019)
Le Castel d'Andorte au Bouscat.
Télégraphie Sans Fil 1911 et après.
Propos au sujet d'une élection en 1867
Historique de l’hôpital suburbain des enfants au Bouscat
Historique des quartiers Ausone - les Écus - ABAP - Partie 1
Historique des quartiers Ausone - les Écus - ABAP - Partie 2
Place Gourribon, la Vache, Tuilerie des Ecus
Travaux 1987 rues Ausone et Lanet
Les ruisseaux Limancet et Climenet
Église Sainte-Clotilde
Les arènes du Bouscat
Une autre époque (1892)
RECHERCHER sur le site