Site Lou Boscat

Au fil du temps

 
Source : http://gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France, réutilisation non commerciale libre et gratuite.

Propos au sujet d'une élection



 

   En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou technologies similaires de traçage pour réaliser des statistiques de visites.   

Trouvé au hasard des recherches à la BNF, ce texte est intéressant, avec une discussion autour d'une élection en 1867.
On y voit l'importance de l'eau, argument électoral.
La traduction de ce texte a été faite par Monsieur Olivier SIRGUE, Président de Luna d'Aiga Directeur de l'IEO Aquitània. Merci à lui. Voir le site Ostau Occitan.

L'ÉLECTIOUNL'ÉLECTION
  
Prépaous tinguts per dux électurs daou BouscatPropos tenus par deux électeurs du Bouscat
CADET à MATHIOU.CADET à MATHIEU
Porty Moussu Ferrière ; et tu ?Je soutiens Monsieur Ferrière ; et toi ?
  
MATHIOUMATHIOU
Moun candidatMon candidat
A jou, moun cher Cadet, és Moussun Dubédat.Moi, mon cher Cadet, c'est Monsieur Dubédat.
  
CADETCADET
Ne botes pas ainsi ! .. Couméttes une faoute !...Ne vote pas ainsi ! Tu commets une faute !...
És bray, me diras-tu, n'ay bis ni l'un ni l'aoute ;C'est vrai, me diras-tu, je n'ai vu ni l'un ni l'autre ;
Mais lou garde dichut, dimécres aou matin,Mais le garde a dit, mercredi matin,
Én me baillén ma carte abèque un bulletin :En me donnant ma carte avec un bulletin :
« C'est Ferrière qu'il faut. Portez-le. »« C'est Ferrière qu'il faut. Portez-le. »
  
MATHIOU.MATHIOU
Quaou système !Quel système !
Balà bien, justemént.'ce que me paut... Tu mêmeVoilà bien, justement. ce qu'il me faut... Toi-même
Seras de moun abis. Bas dire qu'ay raisounTu seras de mon avis. Tu vas dire que j'ai raison
D'esta countre. Permét une coumparaisoun :D'être contre. Permets une comparaison :
Démpuey trente ans et mey serbes lou même meste ;Depuis trente ans et plus tu sers le même maître ;
Fèdes bien soun'casaou ; sus débouat, sus leste,Tu fais bien son jardin ; tu es dévoué, tu es leste,
Balén coume une espade, én un mot, boun oubrey.Vaillant comme une épée, en un mot, bon ouvrier.
Toun meste auré grand tort d'exigea rés de mey.Ton maître aurait grand tort d'exiger quelque chose de plus.
Mais suppose un moumént que sus tout lou countraire ;Mais suppose un moment que tu es tout le contraire ;
Suppose que ne sus qu'un ase, un praoube hère,Suppose que-ne tu n'es qu'un âne, un pauvre hère,
É que si toun moussu ne te chec pas à pas,Et que si ton monsieur ne te suit pas, pas à pas,
Li gastes soun trabail, gaspilles sous affas.Tu lui gâtes son travail, tu gaspilles ses affaires.
Inébitablemént perdes sa counfiance,Inévitablement tu perds sa confiance,
É si n'a pas lou temps de fa sa surbeillanceEt si il n'a pas le temps de faire sa surveillance
Het même, alors, paoubray, sentira lou bésougnLui-même, alors, c'est sûr, il sentira le besoin
D'émbaoucha quaouqued'un cargat daou même sougn.D'embaucher quelqu'un chargé du même soin.
Mais ne te dira pas, coumprénes à merbeille :Mais il ne te dira pas, tu comprends à merveille :
« Té, Cadet, ay besougn qu'un homme te surbeille,« Tiens, Cadet, j'ai besoin qu'un homme te surveille,
» Noume-té qui bôudras, là, te dèchy caousi.» Nomme qui tu voudras, là, je te laisse choisir.
» L'homme que me diras, hé bé m'ara plaisi, »» L'homme que tu me diras, Eh bien me fera plaisir, »
  
CADETCADET
Nou, soun plus court seré de l'émbaoucha d'het même...Non, ce qui est le plus court serait de l'embaucher lui-même...
A méns que moun moussu s'igue sot à l'extrême.A moins que mon monsieur soit sot à l'extrême.
Pardi, tout un chacun a sa pougnte d'orguil :Pardi, tout un chacun a sa pointe d'orgueil :
Me caousiri quaouqu'un que n'aougusse pas l'uilJe choisirais quelqu'un qui n'eût pas l'œil
De beyre mous défabuts... Un argus faborableDe voir mes défauts... Un argus favorable
A jou…A moi…
  
MATHIOUMATHIEU
L'affa d'anueyt és én tout pougn sémblable :L'affaire d'aujourd'hui est en tout point semblable :
Bédés, moun cher Cadet, l'administratioun,Tu vois, mon cher Cadet, l'administration,
Én se meylan ainsi d'aquére électioun,En se mélant ainsi de cette élection,
Boudré per surbeillant, n'estant pas boune oubreyre,Voudrait pour surveillant, n'étant pas bonne ouvrière,
Un de sous obligeats que ne pusque rés beyre...Un de ses obligés que ne puisse rien voir...
Jou, counéchén lou truc, dèchy soun candidat,Moi, connaissant le truc, je laisse son candidat,
É préfèry bota per Moussu Dubedat.Et je préfère voter pour Monsieur Dubedat.
  
CADETCADET
Alors; ne boty pas.Alors ; je ne vote pas.
  
MATHIOUMATHIEU
Bon!...Bon !...
  
CADETCADET
As énténdut dire…As-tu entendu dire…
  
MATHIOUMATHIEU
Dé qué?…Quoi ?…
  
CADETCADET
Sur Dubedat troben bien à redire !Sur Dubedat on trouve bien à redire !
  
MATHIOUMATHIEU
Explique-té, Cadet.Explique-toi, Cadet.
  
CADETCADET
Coumént ?..: Mais tout anueytComment ?..: Mais tout aujourd'hui
Fèden coure sur hét lou plus estrange brueyt :On fait courrir sur lui le plus étrange bruit :
Sabes que lou Bouscat a chez hét une source,Tu sais que le Bouscat a chez lui une source,
Source qu'és à pu près soun unique ressource...Source qui est à peu près son unique ressource...
La fount Lasseppe…La fontaine Lasseppe…
  
MATHIOUMATHIEU
És bray.C'est vrai
  
CADETCADET
Sabes que touts lous ansTu sais que tous les ans
La bille de Bourdéou nous pague cheys cénts francsLa ville de Bordeau nous paye six cents francs
Per joui daou produit de ladite fountaine ?Pour jouir du produit de ladite fontaine ?
Éh bé, m'an announçat coume caouse certaineEh bien, on m'an annoncé comme chose certaine
Que si toun Dubédat praou cantoun és élut,Que si ton Dubédat pour le canton est élut,
Lou Bouscat, aoussi léou, perdra soun rébingut ;Le Bouscat, aussitôt, perdra son revenu ;
Toun famux candidat nous préngra noste source...Ton fameux candidat nous prendra notre source...
Per sous chers Bourdelés curera noste bourse !Pour ses chers Bordelais il curera notre bourse !
É balà dounc perqué ne boty pas, Mathiou.Et voilà donc pourquoi je ne vote pas, Mathieu.
  
MATHIOUMATHIEU
Aou Bouscat une source, à Meyrignac un riou (1).Au Bouscat une source, à Meyrignac une rivière (1).
Qu'acos-hét égayant!... Moun Diu, quaou coumédie !...Que c'est égayant !... Mon Dieu, quelle comédie !...
Tréten lous électurs à l'hydrothérapie !...Ils traitent les électeurs à l'hydrothérapie (2) !...
Cadet, rassure-té, la fount nous appartént,Cadet, rassure-toi, la source nous appartient,
É, crey-mé, si jamais quaouqued'un y préténd,Et, crois-moi, si jamais quelqu'un y prétend,
Quand seré tout-puissant, quand l'Emperur estusse,Quand il serait tout-puissant, quand bien il fût l'Empereur,
Goume lou mouliney parlén aou rey de PrusseComme le meunier parlant au roi de Prusse
(Lorsqu'un jour Frédéric boulut, per soun plaisi,(Lorsqu'un jour Frédéric voulut, pour son plaisir,
S'émparade l'oustaou daou joyux Sans-Souci),S'emparer de la maison du joyeux Sans-Souci),
Pouyran dire, nous aouts : « An das juges en France. »Nous pourrons dire, nous : « On a des juges en France. »
  
CADETCADET
Alors ne risquen rés ?Alors nous ne risquons rien ?
  
MATHIOUMATHIEU
T'en bailly l'assurance.Je t'en donne l'assurance.
  
CADETCADET
Hé bé, puisqu'és ainsi que m'en an tant countat,Et bien, puisque c'est ainsi que l'on m'en a tant conté,
Per pourta préjudice à Moussu Dubédat,Pour porter préjudice à Monsieur Dubédat,
Jou boterey per hét!…Moi, je voterai pour lui !…
  
MATHIOUMATHIEU
És per la classe oubreyre ;Il est pour la classe ouvrière ;
Balà dounc per déqué ne bolen pas lou beyre.Voilà donc pourquoi ils ne veulent pas le voir.
Sigues ferme, Cadet, n'esproubes pas l'affrountSois ferme, Cadet, n'éprouve pas l'affront
D'ana néga toun dreyt déns l'aygue d'une fount!D'aller noyer ton droit dans l'eau d'une fontaine !
  
Un Brugés.Un Brugeais.
  
(1) La semane passade, lous électurs de Meyrignac esturen menaçats de perde un riou que lis y és indispénsable, si Moussu Clouzet, candidat de l'oppositioun, ère noummat.(1) La semaine dernière, les électeurs de Mérignac furent menacés de perdre une rivière qui leur est indispensable, si Monsieur Clouzet, candidat de l'opposition, était nommé.

Traduction : Olivier SIRGUE

(2) Trés certainement en rapport avec l'établissement hydrothérapique du Bouscat.Voir dans "Au fil du temps. Partie 1"




             ▲ Retour haut de page ▲

A voir également :
MENU DÉTAILLÉ
Les origines du Bouscat et de la région.
Changements survenus dans l'état de l'église Saint-Seurin
Au fil du temps. Partie 1
Au fil du temps. Partie 2
Le viographe
Personnages du Bouscat
Monument aux Morts
Hippodrome du Bouscat : histoire, satire
Aviation
Photos au fil du temps
Ravezies : l'ancienne gare
Tramways anciens
Tramway. Ligne D. Présentation
Tramway. Ligne D en photos (avant 2017)
Tramway. Ligne D en photos (2017)
Tramway. Ligne D en photos (2018)
Tramway. Ligne D en photos (2019)
Le Castel d'Andorte au Bouscat.
Télégraphie Sans Fil 1911 et après.
Propos au sujet d'une élection en 1867
Historique de l’hôpital suburbain des enfants au Bouscat
Historique des quartiers Ausone - les Écus - ABAP - Partie 1
Historique des quartiers Ausone - les Écus - ABAP - Partie 2
Place Gourribon, la Vache, Tuilerie des Ecus
Travaux 1987 rues Ausone et Lanet
Les ruisseaux Limancet et Climenet
Église Sainte-Clotilde
Les arènes du Bouscat
Une autre époque (1892)
RECHERCHER sur le site