Site Lou Boscat

GRAND FROID

 
Source : http://gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France, réutilisation non commerciale libre et gratuite.

Épisode de grand froid en 1608-1609



 

   En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou technologies similaires de traçage pour réaliser des statistiques de visites.   


Un épisode oublié de très grand froid sur la région bordelaise. On apprend entre autres, l'origine de la rue des Fours (quartier Saint-Michel, Bordeaux).
Voici un court extrait de
l'histoire complète de Bordeaux ( Source : Gallica BNF )

 

Après ces temps orageux, la nation semblait enfin arrivée à un état de paix et entrevoyait un meilleur avenir; mais au milieu de ces rêves et des illusions enchanteresses, mais passagères, la nature vint contrarier les vœux du roi et du peuple; un hiver excessivement rigoureux paralysa tous les bras et retarda les progrès que le peuple faisait vers un bien-être plus étendu.

Le froid commença le 29 décembre 1608, et pendant six semaines le thermomètre se maintint à 14 ou 15 degrés au-dessous de zéro. Le 5 janvier 1609 la rivière, devant Bordeaux, fut prise partout, à l'exception d'un filet peu large, au milieu, où le courant se faisait sentir et charriait d'énormes glaçons qui endommagèrent les gros bâtiments et même en détruisirent quelques petits.

A Cadillac et devant Libourne, sur la Dordogne, on passait à pied d'une rive à l'autre, sur la glace, et la terre resta couverte, pendant un mois, d'une couche de neige de plus de soixante-six centimètres d'épaisseur.

Il fallait tenir le pain dans le four pour pouvoir le couper; le vin gela dans la barrique, et chaque barrique, à la fin du froid, ne fournissait que le cinquième du liquide qu'elle avait contenu.

Les arbres fruitiers périrent aussi bien que les vignes, et les rares ceps qui échappèrent, par une position favorable à la destruction générale, furent tellement maltraités, qu'ils restèrent improductifs pendant trois ans; les eaux-de-vie qui valaient 38 livres montèrent à 160 livres les 32 veltes, et les autres liquides haussèrent de prix en proportion.

Les marins furent réduits à la dernière misère; les boutiques fermées; les pauvres, ne pouvant avoir de bois de chauffage, se mirent à abattre les arbres séculaires des forêts de Cypressât, du Bouscat et de Villenave; il ne resta de froment que dans les terrains maigres et sablonneux. L'année fut d'autant plus calamiteuse que les chaleurs de l'été avaient été presque insupportables.

La misère la plus affreuse en fut la suite et la disette extrême.

Le pain était très rare, les pauvres n'en voyaient presque pas; on en fabriquait avec des pois, des fèves, des herbes potagères desséchées et mêlées avec une petite quantité de froment, de seigle ou d'orge, et on vendait ce pain étrange à deux sous six deniers la livre, tandis qu'auparavant le prix du pain bis n'était que de onze deniers.

Les boulangers n'osaient pas travailler chez eux; les jurats (1) firent construire des fours publics dans une ruelle qui garde depuis le nom de rue des Fours, et là se faisait tous les jours la distribution de ce pain composé d'un peu de méteil et de son, mélangé avec des glands ou des végétaux.

Jamais la misère n'avait été si grande à Bordeaux; les riches se montrèrent généreux et compatissants; les prêtres quêtaient pour leurs pauvres; les couvents tenaient leurs portes ouvertes pour tous les malheureux qui voulaient recourir à leur charité.

La fortune s'était mise au service des misérables, et la religion inspira et bénit cette année-là la lutte de l'opulence animée de la foi, contre la misère publique avec ses impérieuses exigences.

Les Bordelais parurent alors dans leur véritable caractère; ils furent bons et compatissants, généreux et charitables; toutes les classes se confondirent, tous les rangs se mêlèrent, tous les citoyens furent frères; quelle que fût la désolation des pauvres, ils ne se rendirent pas coupables d'un seul désordre; il y avait de leur part autant de calme et de résignation qu'il y avait, du côté des riches, de zèle, de charité et d'empressement à adoucir leur malheureuse position.




(1) Jurat : Jurat est à l'origine un mot occitan issu du latin juratus, "qui a prêté serment".
Un jurat est, dans certaines villes en particulier du sud-ouest de la France (Bordeaux et La Rochelle), en Espagne ou dans les îles Anglo-Normandes, un magistrat municipal ayant prêté serment. Source Wikipedia


             ▲ Retour haut de page ▲



A voir également :
MENU DÉTAILLÉ
Épisode de grand froid en 1608.
Inondations en janvier 1843.
Grosse tempête en 1877
RECHERCHER sur le site